Le guide du foodie à Cracovie

Prenez une pincée de sobriété communiste, ajoutez une généreuse dose d’opulence austro-hongroise, mélangez vigoureusement le tout avec un peu de chutzpah juive et vous obtiendrez l’une des plus intéressantes destinations foodie d’Europe : Cracovie.

 

Nous vous présentons ici les meilleures adresses pour se restaurer et boire un verre dans cette belle ville polonaise.

Les bars à lait

Des pierogi traditionnels au Bar à lait Tomasza

Même si vous y passez juste par curiosité, il est indéniable que le rapport qualité/quantité/prix des « bars à lait » de Cracovie est imbattable. Ces établissements autrefois gérés par l’Etat avaient été ouverts pour servir des déjeuners rapides et copieux aux ouvriers auxquels leurs entreprises ne servaient pas de repas subventionnés.

 

A l’époque communiste, le rationnement alimentaire et les pénuries faisaient que les menus étaient surtout à base de produits laitiers, d’où le nom de bar à lait. Omelettes, soupes au lait, pierogi (les beignets polonais, bouillis ou frits) aux champignons et au fromage blanc et les crêpes aux pommes de terre faisaient tous partie des plats nourrissants proposés.

 

Avec l’effondrement du communisme, les bars à lait ont commencé à disparaître des villes polonaises mais connaissent aujourd’hui un renouveau. Ils sont de nouveau florissants à Cracovie, et beaucoup, comme le Restauracja Pod Temida, imitent les intérieurs parcimonieux et ternes et les menus simples du passé.

 

En revanche, le Milkbar Tomasza, avec son décor kitsch de restaurant américain, est aussi éloigné du décor traditionnel qu’il est possible de l’imaginer.

 

Commandez une série de plats de l’ère communiste affichés sur le tableau noir au comptoir, et vous serez servi à table en un clin d’œil. Vous devez avoir un solide appétit en arrivant : la plupart des plats ne coûtent que de 2 à 3 € et les portions sont énormes.

Le summum des shots de vodka

La vodka, mais pas comme vous la connaissez …

Au pays natal de la vodka, il serait déplacé de ne pas goûter un peu de la production locale. La meilleure adresse est le Wódka Café Bar, dans la Vieille Ville. Il est si minuscule que si vous clignez de l’œil vous passerez devant sans le voir.

 

Mais le bar compense son manque de place par la variété de son offre. Plus de 100 types de vodkas différents vous attendent. Le mieux est de commander l’une des farandoles de shots de la maison.

 

Pour environ 6 €, les experts derrière le bar vous confectionneront une série à déguster, avec des saveurs comme le fruit de la passion, la noisette, le chocolat et le caramel.

 

Vous préférez un long drink ? Installez-vous dans l’espace douillet au grenier et essayez le breuvage favori des gens du coin : un verre de vodka Żubrówka Bison avec du jus de pomme et de la glace pilée. Na zdrowie !

Le street food

Dégustez une authentique zapiekanka dans le quartier de Kazimierz

Comme les bars à lait, les zapiekanki sont un souvenir savoureux de l’époque communiste, surtout les années 1970, lorsque le gouvernement avait ouvert le marché aux petites entreprises familiales de traiteurs un peu partout dans les villes du pays.

 

Les pénuries alimentaires obligeaient à être créatif avec les ingrédients et c’est ainsi qu’est née l’histoire de la zapiekanka.

 

Se traduisant littéralement par « grillée », l’équivalent polonais de la pizza est à l’origine une baguette légèrement grillée, recouverte d’une masse de champignons sautés, de fromage et de sauce tomate.

 

A la version traditionnelle au champignon viennent s’ajouter des variantes populaires telles que la Zapiekanka Diablo (bacon, cornichons et sauce piquante), Grecque (fromage feta et olives) et Hawaiienne, le tout pour environ 2 €.

 

Et si vous recherchez le fin du fin du street food, dirigez-vous vers Kazimierz, le quartier juif de Cracovie, où sur toute une place, des marchands vous vendent des snacks tard la nuit, ou de quoi vous requinquer à l’aube.

 

Tâchez de dénicher le stand Elebele, qui embellit fièrement chaque zapiekanka d’une signature effrontée.

Les bagels

Les marchands de rue de Cracovie vendent depuis plus de 600 ans leur obawaranek circulaire, dit “bagels de Cracovie” sur la grande place de la ville. Le bagel est à Cracovie ce que la paëlla est à Valence.

 

Ces bagels sucrés et consistants, saupoudrés de graines de pavots, sont considérés comme si importants pour la culture locale que l’Union européenne les a officiellement reconnus comme une spécificité de la ville. Pour 50 cents, vous pourrez acheter un bagel aussi gros que votre tête.

 

Si vous êtes tenté par un bagel avec une petite touche moderne, dirigez-vous chez Bagel Mama, un traiteur de style New-Yorkais situé en face de la plus ancienne synagogue polonaise, dans le quartier de Kazimierz. Leurs bagels du petit déjeuner fourrés aux œufs et au fromage sont légendaires.

La culture des cafés

Petite composition avec chocolat chaud et machine à coudre Singer dans le quartier de Kazimierz

Cracovie est non seulement réputée pour être une ville “ciasto-miasto”, c'est-à-dire avec un penchant pour les gâteaux, mais elle a aussi une culture du café digne de celle de Vienne.

 

Depuis les élégants cafés installés dans les édifices austro-hongrois sur la place du marché principal (Rynek Glowny) aux cafés branchés de Kazimierz, elle abrite une foule de cafés où vous pourrez satisfaire votre appétit de caféine dans un décor douillet.

 

Si vous aimez le charme vieille école, dirigez-vous vers le Café Restaurant Europejska sur Rynek Glowny et offrez-vous une énorme tranche du cheesecake local favori, le sernik domowy.

 

Le Slodki Wierzynek, un autre petit bijou sur le Rynek Glowny, est un véritable pays de Cocagne, tandis que le Tektura café dans la Vieille Ville, s’érige en champion de la troisième vague avec sa vaste sélection de cafés torréfiés.

 

Et pour conclure, ne ratez pas le chocolat chaud du Singer Café dans le quartier de Kazimierz. Oublié, le chocolat pâlot et noyé dans le lait : ici, vous avez dans votre tasse un chocolat fondu épais et paradisiaque.

 

Vols pour Cracovie

 

- Fiona Hilliard