Un jour pour explorer la Côte sauvage d’Irlande

Cet article a été publié à l’origine sur le site Web Scousebirdproblems.com

 

Lorsque la plupart des gens évoquent l’Irlande, ils pensent à boire des Guinness et à faire la fête à Dublin, à chanter avec les musiciens à Galway ou à explorer l’histoire encore omniprésente de Belfast, mais l’île d’émeraude recèle encore bien des trésors. Ryanair vole désormais directement de l’aéroport de Liverpool jusqu'à Shannon. Autrement dit, depuis l’Angleterre, vous pouvez rejoindre la côte ouest de l’Irlande en moins d’une heure. Une occasion en or pour explorer le Wild Atlantic Way, la Côte sauvage d’Irlande.

 

J’ai été invitée par l’Office du tourisme irlandais et par Ryanair à venir découvrir cette région sauvage et voici le récit de mon périple … 

Mes 24 heures à la découverte de la Côte sauvage d’Irlande

Falls Hotel

Dans le Comté de Clare, planté au sommet d’une colline surplombant les rapides d’une rivière, cet hôtel d’allure traditionnelle est un rêve pour les photos sur Instagram. Des jardins pittoresques, une rivière rugissante, des escaliers sinueux et des lustres à chandeliers, il est parfait et c’est le point de départ idéal pour explorer la Côte sauvage. La durée du transfert depuis l’aéroport de Shannon est d’environ 50 minutes. 

Falls Hotel

La cueillette avec Wild Kitchen

La propriétaire de Wild Kitchen, Oonagh, nous emmène pour une expédition cueillette jusqu'à la plage de Lahinch. Oonagh est fantastique : le jour où arrivera l’apocalypse des zombies, j’espère qu’elle sera à mes côtés. Avec elle, nous aurions toutes les chances de survivre. Elle serait non seulement capable de nous concocter un frichti correct avec une poignée d’algues, mais elle saurait aussi capturer au lasso et mettre en cage les zombies avec juste un peu de carex et des orties. On ne badine pas avec Oonagh. 

Sureau sauvage

Il existe des milliers de plantes comestibles de par le monde et nous n’en consommons qu’une infime partie, mais pas Oonagh qui les connaît. Elle a grandi dans les montagnes et a passé son enfance à cueillir des plantes, pêcher des poissons sauvages et piéger les lapins. La création de son entreprise, Wild Kitchen, n’est pas une simple passion, mais tout bonnement son mode de vie. Elle nous a ainsi montré des prunelles sauvages (celles avec lesquelles on fabrique le gin), des feuilles qui ont le goût du jus de citron, la gesse maritime (vendue 70 € par un restaurant du coin) et elle m’a expliqué comment confectionner des produits de beauté avec du gel d’algue. La confiture d’algue et le ketchup d’aubépine qu’elle nous a fait goûter étaient excellents et j’ai noté dans un coin de ma tête qu’il faut absolument que j’aille en commander sans tarder sur Internet. Si vous êtes foodie, une expédition cueillette avec Oonagh est faite sur mesure pour vous. Elle ne s’est même pas fâchée lorsque moi-même et Emma (du blog « the Emasphere ») avons dû interrompre un moment l’expédition pour prendre les photos pour le blog… Oonagh, c’est vraiment un amour.

Cueillette

Restaurant de fruits de mer Barrtrá

Ce restaurant est tellement à l’écart des chemins battus qu’il serait bien difficile de le trouver si on ne connaissait pas son existence. Il ressemble en fait à une maison comme les autres. Ce qui n’empêche pas que les gens du coin l’adorent et qu’il est toujours plein.

Restaurant de fruits de mer Barrtrá

Le restaurant propose un menu fixe à 5 plats pour 40 €. A un prix si bon marché, je n’espérais pas des miracles. Je m’attendais à voir une grand-mère sortir de la cuisine pour nous servir du fish and chips.

 

J’avais totalement tort et c’est le meilleur repas que j’aie fait depuis longtemps. Le menu offre le choix entre un poisson/des fruits de mer, une viande ou une surprise végétarienne, et c’est effectivement ce qui vous est servi : une surprise. J’étais inconsolable lorsque mon dessert est arrivé et qu’il ressemblait à un « Eton Mess » (meringue avec coulis de fraise) alors que les autres convives avaient opté pour un cheesecake au chocolat. Mais je n’avais aucun raison de m’en faire, car c’était de loin le meilleur dessert de notre tablée. Cela dit, pour remettre les choses dans leur contexte, ce gâteau au chocolat et à l’orange était le meilleur que je n’ai jamais goûté, ce qui n’empêchait pas mon Eton Mess de le battre à plates coutures. 

Ce restaurant à lui seul mérite un voyage sur la Côte sauvage de l’Irlande. J’y ai d’ailleurs déjeuné avec plusieurs journalistes spécialisés en gastronomie qui m’ont affirmé qu’il méritait une étoile Michelin. 

Falaises de Moher

L’Irlande rurale évoque des images de falaises escarpées, de côtes sauvages et de verdure : tout cela se transforme en réalité avec les falaises de Moher. Il s’agit du site naturel le plus visité en République d’Irlande. Si vous vous êtes mis en tête de faire quelques-uns de ces clichés Instagram atmosphériques, où l’on vous voit regardant dans le lointain, rien que pour rendre jaloux vos amis restés chez eux, alors vous devez absolument aller aux falaises de Moher. Sans compter que ça vous fera une bonne promenade digestive après votre fabuleux repas irlandais.

Falaise de Moher

Et comme si les falaises de Moher ne valaient pas à elles seules le détour, vous y trouverez un château construit au somment et un remarquable centre des visiteurs creusé à flanc de colline comme un trou de hobbit. 

Le Burren

Le burren est l’ancien lit de la mer, et forme un paysage étrange et rocailleux, presque lunaire. Notre guide super-enthousiaste, Marie, nous a encouragés à nous étendre sur ce lit rocheux et à nous “connecter à la terre”.
En toute honnêteté, je ne me suis pas sentie à l’unisson avec la nature, mais le silence était presque inquiétant. La mer était toute proche et des voitures passaient sur la route, mais je n’entendais absolument rien. 

Le burren

Ce que je porte : Lunettes de soleil – style Cora – Boutique SB

 

Nous étions en train d’explorer la plage sur le burren lorsqu’Emma (@theemasphere) a aperçu une colonne vertébrale posée à même les rochers. Il s’est avéré que c’était tout ce qui restait d’un requin pèlerin (oui, ceux-là mêmes dont la gueule ouverte atteint des proportions énormes). Pas le genre de choses que l’on voit tous les jours. 

Roadside Tavern

Si votre idée de l’Irlande est un pub avec de la bonne bière et de la musique Celtique live, alors une visite à la Roadside Tavern de Lisdoonvarna doit figurer sur votre itinéraire. Le pub est renommé pour son saumon fumé (il est même vendu à l’aéroport !), tout le processus de fumage se faisant dans un bâtiment à quelques pas de là.

 

En plus de son propre fumoir, le pub possède aussi sa propre brasserie d’où sortent des bières plusieurs fois primées. J’ai même réussi à avaler tout un verre de leur stout alors que je ne supporte normalement même pas une gorgée de Guinness. 

Roadside Tavern

La musique live est ici fabuleusement authentique. Après notre repas, nous sommes allées au bar, marquant le rythme du pied en écoutant deux jeunes Irlandais à la guitare et au banjo, accompagnés d’un gars plus âgé au bodhran. Ils étaient assis dans l’embrasure de la fenêtre et tout le pub était réuni autour d’eux : jusque-là, rien de plus normal. Entre deux morceaux, ils se remettaient à discuter entre eux comme s’ils étaient eux aussi venus boire un verre tranquillement au pub, ce qui donnait brusquement l’impression d’empiéter sur leur intimité. Mais peut-être que c’est comme ça qu’on fait les choses ici. En tout cas, l’atmosphère était géniale.

L’Atlantique

Après quoi, nous avons retrouvé nos quartiers au Falls Hotel, direction immédiate nos lits pour tout digérer et nous remettre de tout cet air revigorant de la Côte sauvage. Slainté Irlande, une fois de plus tu as été éblouissante.

 

Lisez ici le blog de Steph : Scousebirdproblems.Com

 

Vols pour Knock

 

- Steph Bannister