Tomates en folie … Guide de survie pour la fête de La Tomatina

Chaque année, le dernier mercredi du mois d’août, une petite ville dans l’est de l’Espagne se transforme en un théâtre de carnage absolu.

 

Des milliers d’Espagnols et de visiteurs venus d’ailleurs descendent sur la ville, avec pour seule et unique motivation l’envie d’en découdre lors d’une gigantesque bataille.

 

L’affrontement, qui dure exactement une heure, est intense, impitoyable, et totalement chaotique. A la fin du combat, les rues ruissellent de flots rouges …

 

…des flots rouges de tomates écrasées.

 

Cette bataille, c’est La Tomatina, l’une des plus bizarres fêtes espagnoles (et pour l’Espagne, qui organise des festivals tels que les combats de vin et des spectacles de pyromanie de masse, ce n’est pas peu dire).

 

Ce qui a débuté comme une inoffensive altercation entre un groupe d’amis du village de Buñol en 1945 est devenue le plus grand combat alimentaire du monde.

 

30 000 personnes prennent d’assaut les rues étroites où, pendant 60 minutes, elles se bombardent mutuellement de tomates bien mûres et écrasées.

 

La fête a célébré son soixante-dixième anniversaire en 2015, et a même eu son propre Google Doodle pour marquer l’occasion (c’est le signe sûr que vous avez réussi).

C’est une expérience à inscrire dans la liste des choses à faire au moins une fois dans sa vie et que vous n’oublierez jamais.

 

Toutefois, il y a quelques petites choses à savoir et à mémoriser qui vous aideront à vous repérer dans cette ambiance de folie et à vous amuser au maximum.

 

Alors, que vous ayez choisi de vous y rendre cette année ou que vous planifiiez déjà l’aventure pour l’année prochaine, voici notre guide de survie pour la fête de La Tomatina.

Achetez et imprimez vos tickets à l’avance

De nos jours, La Tomatina voir converger près de 30 000 personnes vers Buñol, auxquelles s’ajoutent les 9 000 habitants qui y résident toute l’année.

 

En raison de son énorme popularité, il est désormais obligatoire d’acheter un ticket pour accéder au festival.

 

Il ne coûte qu’une dizaine d’euros et la dépense en vaut largement la peine, mais pensez à acheter et imprimer votre ticket à l’avance. Ne comptez pas trouver de scanneurs de codes-barres !

Place Santa Maria et Cathédrale de Valence dans la vieille ville, Espagne.

Vous déplacer

Buñol est une toute petite ville et vous n’y trouverez pas beaucoup d’hébergements. Si vous vous demandez où trouver un toit, notre conseil est de faire comme tout le monde et de vous loger à Valence.

 

Vous pouvez prendre le train pour Buñol le matin de la grande bataille. Le train part de la gare de San Isidro et non de la gare principale de Valence. Le trajet dure environ 45 minutes.

 

Les trains partent tôt le matin et l’itinéraire est très fréquenté le jour de La Tomatina, aussi mieux vaut vous lever aux aurores (voire avant) et vous préparer à voyager dans des wagons bondés.

 

Certains hôtels et pensions proposent des navettes privées qui vous emmènent jusqu'à Buñol le matin de la bataille : ne négligez pas cette possibilité, d’autant plus que très souvent, vous pouvez laisser des vêtements de rechange dans le bus.

Protégez vos affaires

La pire idée possible est d’emporter avec vous le moindre objet de valeur à La Tomatina.

 

Non seulement tout est destiné à être noyé sous des flots de jus de tomate, mais l’événement attire aussi un nombre non négligeable de pickpockets.

 

Vous n’aurez certainement pas envie de vous préoccuper de surveiller vos objets de valeur pendant que vous essayez de viser juste avec vos tomates.

 

Cela dit, il n’est pas simple de tout laisser dans votre chambre pendant la journée, d’autant plus que vous avez besoin d’une pièce d’identité pour échanger votre ticket contre un bracelet, et aussi d’argent liquide pour vous remettre de vos émotions après le combat.

 

Certains habitants vous proposent de garder vos affaires moyennant une petite somme et vous trouverez aussi des casiers fermant à clé à louer dans la ville. Pensez-y !

Protégez aussi vos yeux

Je ne sais pas s’il vous est déjà arrivé de recevoir des jets de tomate écrasée dans la figure et dans les yeux pendant une bonne heure, mais je peux vous garantir que ça n’a rien de drôle.

 

Vous serez aveuglé et en plus, ça pique. Alors prévoyez des lunettes de protection (ou un masque de plongée) et protégez vos mirettes.

Portez des Crocs

(ou des chaussures de type Croc, que vous pouvez acheter pour quelques euros à Valence). Ce n’est pas le genre de conseil que j’aurais jamais pensé donner un jour, mais les Crocs sont en fait les chaussures idéales pour ce genre d’occasion.

 

Tout ce que vous portez va être littéralement massacré, sans compter qu’une fois la bataille terminée, vous n’aurez peut-être pas très envie de vous déplacer sous le cagna du mois d’août avec les pieds maculés de purée de tomates trop mûres en train de sécher lentement.

 

Je me doutais que la réponse serait non. Et des tongs, me dites-vous ? Oui, mais elles ne sont pas aussi solides qu’une paire de chaussures lorsque vous vous retrouverez au milieu d’une foule en train de combattre, les pieds dans une mare de tomates écrabouillées.

Portez du blanc

Les gens portent en général des tee-shirts blancs pendant la bataille. Conclusion, mettez du blanc vous aussi (comme on dit, à Buñol, faites comme les Buñolais).

 

Cela dit, n’oubliez que votre tee-shirt blanc finira par devenir transparent pendant l’affrontement. Le mieux est de mettre un maillot de bain en dessous de vos vêtements.

Soyez à l’affût du poteau graissé du Jambon.

Ce n’est pas aussi dégoûtant que cela peut paraître à prime abord et le poteau fait partie intégrale de La Tomatina. En bref, un poteau graissé est érigé en centre-ville, et à son sommet on a suspendu un jambon.

 

Les gens essaient d’escalader le poteau pour s’emparer du jambon, et dès que quelqu’un’ a mis la main dessus, les camions chargés de tomate font leur entrée et la bataille commence.

Jetez uniquement les tomates archi-molles

Vous êtes là pour vous amuser, pas pour vous faire mal. Ecrabouillez bien vos munitions avant de de commencer les tirs de barrage.

 

Recevoir une tomate encore dure en pleine figure, projetée avec force, n’a rien de drôle, alors malaxez bien vos missiles d’abord. Tout le monde est gentil jusqu’à ce que quelqu’un perde un œil …

Emballez votre appareil photo dans un étui étanche

Vous allez sûrement avoir envie de ramener des tonnes de photos de cette fête de folie, mais il est hors de question d’apporter votre appareil photo ou votre superbe smartphone étincelant en pleine échauffourée, si vous ne voulez pas les voir terminer leur carrière sous forme de petits croûtons scintillants surnageant dans l’océan de gazpacho dans lequel vous piétinez.

 

Procurez-vous un étui étanche ou tout simplement un sachet plastique transparent avec une fermeture ziploc, ou optez pour un appareil photo jetable.

Soyez cool.

La bataille dure une heure. Lorsque le tir de canon sonne la fin des hostilités, c’est terminé. Vous n’êtes pas censé jeter une tomate de plus une fois que le canon a retenti.

 

Il est mal vu de déroger à cette règle. Une autre règle importante est de ne pas arracher les tee-shirts de vos adversaires. C’est une chose qui se produisait fréquemment autrefois, mais vu que ça n’a rien de cool de déchirer les vêtements des autres en pleine rue, la pratique a été interdite. C’est la règle, alors soyez fair-play.

 

Vols pour Valence

 

- Dee Murray