Le vin est précieux. Arrosez-vous en toute modération : la bataille du vin de Haro

L’Espagne est tout bonnement imbattable question d’organiser des festivals aussi insolites que merveilleux. Vous pouvez ainsi aller participer à la plus grande bataille de tomates du monde avec 30000 autres illuminés au village de Buñol, lors de la fête de La Tomatina.

 

Vous pouvez aller admirer de coûteuses sculptures, dont l’assemblage a demandé des mois de travail minutieux, s’enflammer et être réduites en cendres en quelques minutes au festival de Las Fallas de Valencia, rêve de pyromane s’il en est.

 

Ou alors, en compagnie de 20000 autres personnes, vous pouvez aller courir dans les rues de Pampelune, pourchassés (avec le risque de vous faire éventrer) par un troupeau de taureaux noirs fous furieux (ô joie…).

 

Et vous avez aussi la fête et la bataille du vin : elles débutent à Haro, dans la province de La Rioja, le 29 juin.

 

Ce n’est pas le genre de festival du vin où vous verrez des gens autour d’un buffet, faisant tourner leur vins dans leurs verres, à déguster du cabernet et engloutir du camembert tout en parlant de bouquets et de nuances boisées.

 

Ce festival-là, c’est un carnage accompagné d’un déluge de vin de Rioja ; le meilleur carnage qui soit, donc. Chaque année, le 29 juin, des milliers de visiteurs se rendent dans la ville de Haro dans la Rioja, gravissent une montagne et se jettent quelques 50 000 litres de vin espagnol à la tête.

 

Cela dit, avant que tous les amateurs de vins ne s’inquiètent à l’idée de tout cet excellent vin rouge gaspillé, laissez-moi vous rassurer : le vin utilisé lors de ces bacchanales n’est pas de la catégorie Gran Reserva. C’est le genre de vin que vous hésiteriez à utiliser même pour faire une sauce. Donc, ne vous lamentez pas sur son sort.

Source de l’image : Big Sus

Comme dans toute bataille, vous avez tout intérêt à vous préparer et à avoir élaboré votre stratégie avant de vous lancer dans le combat. En gardant ce point à l’esprit, voici nos dix meilleurs trucs pour vous éclater à la plus grande guerre du vin au monde…

1. Mettez des vêtements blancs (bon marché).

L’uniforme des guerriers du vin qui vont lutter à la bataille de Haro est entièrement blanc, avec une écharpe rouge. A la fin du combat, votre tenue ne sera plus blanche. En fait, elle ne redeviendra plus jamais blanche. Conclusion : ne mettez aucun vêtement que vous avez l’intention de porter de nouveau un jour (chaussures comprises). Sauf si vous aimez les vêtements maculés inégalement d’une teinte violacée et qui sentent la vinasse.

2. Arrivez à l’heure. 

Une bonne chose est de participer à la fête de A à Z. La procession jusqu'aux falaises de Bilibao commence à 7 heures du matin. Si vous êtes en retard, vous risquez de rater les munitions de vin fournies chaque année par la mairie. Il y en a une quantité considérable, mais tout part très vite, et pas question de vous retrouver sans armes en plein milieu de la bataille ! Si vous n’allez pas à la procession, faites en sorte d’arriver sur le champ de bataille dès 8 heures pour ne rien rater.

3. Amenez votre artillerie.

L’arme ou récipient traditionnel est la bota, une gourde à vin en croûte de peau avec un embout fin en plastique, qui est remarquablement pratique pour faire jaillir le liquide lorsqu’on appuie. Elle a cependant ses limites, à savoir sa contenance, sa précision et sa puissance. Si vous recherchez une arme plus redoutable avec toutes ces qualités, et aussi plus rigolote, équipez-vous d’un pistolet à eau modèle géant.

4. Prévoyez des vêtements de rechange pour après la bataille.

Et n’oubliez pas non plus d’apporter une serviette, de préférence de couleur foncée. Il y a des tas de choses à faire en ville après la bataille, donc une corrida et une multitude de fêtes, et vous n’aurez sans doute pas envie de porter des vêtements trempés et violacés pendant le reste des festivités. Sans compter que ce truc est extrêmement important si vous comptez repartir en voiture.

Trempés. Crédit image : It Rains In Spain
5. Apportez un appareil photo étanche/anti-éclaboussures.

La bataille va vous fournir un excellent thème pour vos clichés et vous allez certainement vouloir rapporter un souvenir de votre expérience : par contre, n’apportez pas un bon appareil photo. Si vraiment vous devez le faire, munissez-vous d’un sac étanche spécial pour le mettre à l’abri, mais il vaut bien mieux opter pour un appareil jetable, étanche et anti-éclaboussures dont vous n’aurez pas à vous soucier.

 

6. N’en faites pas trop avant.

Le festival dure plusieurs jours, le vin coule à flots et de nombreuses fêtes sont organisées en permanence. La tentation d’une nuit blanche avant la bataille est forte, mais pensez que vous allez avoir besoin de toute votre énergie pour la bataille et les festivités qui s’ensuivent. Dormez correctement la veille, et vous serez frais et dispo pour vous battre (et faire la fête) le 29.

7. Protégez vos yeux.

Le vin rouge, dans votre gosier, c’est divin. Dans vos yeux, c’est l’enfer. Si vous avez les yeux fragiles et voulez éviter les irritations dues aux jets de Rioja (et accessoirement, y voir clair pour vous déplacer), apportez une paire de lunettes de piscine ou un masque que vous porterez pendant la bataille. Vous épargnerez vos yeux et aurez de plus un avantage sur vos ennemis aveuglés par le vin. Sun Tzu, le célèbre stratège chinois, serait fier de vous.

8. N’apportez pas vos objets de valeur.

Est-il nécessaire d’expliquer pourquoi ?

9. Apportez votre propre vin.

Les autorités locales fournissent une importante quantité de vin, mais du fait de l’enthousiasme et du nombre des guerriers du vin, le stock tend à s’épuiser rapidement. Si vous voulez avoir quelques réserves (et vous en aurez besoin), achetez du vin en bricks de carton, le moins cher possible, au supermarché.

10. Ne buvez pas vos munitions.

Bon, vous pouvez, si vous le voulez vraiment, mais comme on vous l’a dit, ce vin-là est à peine considéré comme propre à la consommation humaine. Mieux vaut donc s’abstenir. Si vous estimez que vous avez besoin d’un petit verre pour vous mettre en jambes pour la bataille, apportez du vin qui vous plaît (et séparez-le de la piquette). Votre tête et votre estomac vous diront merci le lendemain matin.

 

Le festival du vin de Haro a lieu chaque année à la fin du mois de juin, la bataille ayant lieu le 29. Consultez nos vols pour Santander ou Saragosse, qui vous déposeront à deux heures de route à peine de votre affrontement à la piquette.

 

Vols pour Valence 

 

- Dee Murray